Portraits

Centre Inter-Section : Marie, utilisatrice

mercredi 8 juillet à 15:43

Marie et le goût du défi magique

Utilisatrice des services d’Inter-Section

 

Croyez-vous que la fierté et la confiance en soi peuvent se bâtir, se développer sans que rentre en ligne de compte les défis lancés par les pairs ; ces pairs qui voient notre plein potentiel bien avant nous ? Marie répondrait «non ».

Et voici pourquoi : il y a 8 ans, le déséquilibre, la misère affective, les chamboulements négatifs sont entrés chez elle ; elle a dû quitter son emploi bien rémunéré, son rôle actif au sein de la communauté, se libérer de liens malsains… mais il y a aussi 8 ans, elle s’est mise à fréquenter le Centre Inter-Section de Gatineau sur l’invitation d’amis, d’intérêt pour leurs programmes, de l’intervenante Julie.  Au début, elle ne se sentait pas à l’aise dans certaines activités qu’elle ne trouvait pas appropriée pour elle et son niveau de développement, mais peu à peu, avec son enthousiasme et son audace proverbiales, elle est devenue membre du groupe Juste pour nous, a donné de son temps et de son énergie pour les levées de fonds.  Plus elle s’impliquait, plus elle ressentait à nouveau la joie de vivre ; comme être nommée présidente puis élue comme représentante des utilisateurs sur le conseil d’administration du Centre Inter-Section.  Les titres honorifiques étaient lourds de nouvelles responsabilités, il lui a fallu diriger un groupe, décider d’activités, développer des qualités de leader qu’elle ne se connaissait pas.  Oui, elle a développé des forces, des initiatives, fait en sorte que tous aient la parole et encourager à son tour les membres de son groupe comme les intervenants, plus tôt, l’avaient fait avec elle.

Son expérience d’administratrice acquise dans sa vie précédente lui est fort utile, elle a des idées et n’a pas peur de les mettre en action ; son énergie et son enthousiasme sont communicatifs.  C’est une femme solaire, intelligente, avec une réelle force de caractère mais aussi pleine d’empathie pour ceux qu’elle côtoie.  Par exemple, elle a eu l’idée d’un cahier d’activités à glisser dans la trousse à remettre aux nouveaux bénéficiaires, elle voit aussi à la planification et organisation des voyages de plusieurs jours, aux demandes de subventions et accumule des formations offertes par les intervenants du Centre Inter-Section dans les locaux du SAJO (Service animation jeunesse de l’Outaouais).

Impliquée dans des rencontres pour programmer les activités, des conseils d’administration, le groupe Rétablissement qui lui tient à cœur, elle se sent à nouveau utile plus que dans sa vie d’avant, « sa vie active de travailleuse », pourtant c’est maintenant qu’elle est heureuse, qu’elle a de véritables amis et du temps qu’elle s’offre pour réaliser ses rêves, c’est même au Centre Inter-Section qu’elle a rencontré son nouvel amoureux, qu’elle a des possibilités d’évoluer et de grandir dans son cheminement.  Dernièrement, elle a été mandatée par le c.a. pour faire partie du comité de sélection pour les nouveaux locataires… un autre défi, d’autres responsabilités mais aussi et surtout la fierté de voir que les gens ont confiance en moi.  Elle raconte avec le sourire : « le Centre est magique, il m’a apporté la magie dans ma vie, ici j’ai brisé mon isolement, je fais des activités, car seule je n’aurais pas le budget nécessaire et en plus je suis appréciée de l’équipe d’intervenants, de la direction et des utilisateurs.  Ici, les outils sont à notre portée et je m’en sers. »

Marie en fréquentant le Centre Inter-Section est devenue une meilleure personne, dit-elle, et je ne la contredirai pas, elle a su développer ses atouts, ses forces grâce aux multiples rencontres avec les gens qu’elle a croisés ici.  Mais si je devais accorder une médaille de la magie, c’est à elle que je la remettrais pour son ouverture d’esprit, le fait de ne pas se juger, se mal juger au départ et d’avoir cru que son énergie alliée à celles des autres (direction, intervenants, utilisateurs) lui apporterait une sérénité et un épanouissement au quotidien.

 

Entrevue menée par Josué Jude Carrier