Portraits

Témoignage d'Al, utilisateur de L'Envol

mercredi 30 novembre à 00:00

 

             Al va bientôt avoir 50 ans et sa vie a toujours été un labyrinthe.  Il a suivi un temps le couloir de la dépendance à la drogue, celui des relations amoureuses malsaines, des abandons d’amitié.  Puis il a frappé des murs : le diagnostique de schizophrénie, la mort de son père, la perte d’emplois successifs  ; quelque fois face à ces inévitables réalités, il s’est assis pendant une heure, une journée, vingt-cinq ans.  Mais ce printemps, un déclic s’est produit, il a eu envie de trouver l’issue de ce labyrinthe de chair et d’os qu’il était devenu.  Il s’est alors tourné vers L’Envol Service de retour au travail et son agente d’intégration qui, avec beaucoup d’écoute et de professionnalisme, a établi un lien de confiance et de respect avec lui.  Les rencontres furent fructueuses et on a dirigé Al vers le Centre Nouvel Horizon pour compléter un stage de formation en entreprise dans une discipline semi-professionnelle.

            Al voulait un emploi… mais il a vite compris qu’avant d’intégrer le marché du travail et y demeurer actif dans un environnement sans conflit, il devait d’abord mieux s’outiller, se connaître au-delà de ce monde de portes et de salles des pas perdus qu’il avait connu jusqu’à maintenant.  Le lien est solide avec L’Envol, les rencontres d’échange se succèdent, Al ventile, fait part à son agente Monique de ses craintes, ses peurs mais aussi ses espoirs et l’urgence de ne plus être sur l’aide sociale.  Reprendre sa vie en main est son mot d’ordre.

            Retourner à l’école après vingt-cinq ans n’est pas chose facile, il faut que le corps et l’esprit se fassent à une nouvelle routine, au stress… mais après une première semaine de ce régime, Al sourit à sa nouvelle vie sans cul-de-sac.  Il s’est bien adapté à son groupe, est fier de sa démarche, des efforts qu’il accomplit chaque jour pour réaliser son but, pour se réaliser lui-même fort et indépendant, heureux et en harmonie avec son entourage.  Bien sûr, il se pose des questions sur les réalités du stage en milieu professionnel, a des doutes quant à son équilibre puisque souffrant d’une maladie mentale chronique, mais il se fait confiance et se tourne vers L’Envol pour l’écoute constructive et la claque dans le dos si importante.

            Aujourd’hui, ce que nous pouvons souhaiter à Al c’est de dénicher un stage où il pourra développer ses compétences au sein d’une équipe chaleureuse et respectueuse, et de garder le contact ouvert avec L’Envol pour valider ses impressions bonnes ou mauvaises et se sentir guidé, appuyé dans sa décision et sa démarche de retour au travail.

 

Entrevue menée par Josué Jude Carrier

Archives

Maison Réalité : Zoé B***, utilisatrice

Centre Inter-Section : Marie, utilisatrice

Centre Inter-Section : Christyne Simard

Maison Réalité : Hélène Tessier

L'Apogée : Luce Fortin